«

Imprimer ceci Article

Hommage républicain à Monsieur Pascal Perrier

Capture d’écran 2017-06-26 à 10.17.44

 

 

 

 

Hommage républicain à Monsieur Pascal Perrier.

Samedi 29 avril 2017 une cérémonie civile républicaine s'est tenue à la Mairie de la Ville d'Orly, en hommage à Pascal Perrier, maire-adjoint d’Orly en charge des affaires sociales et directeur général de l'AUVM.

▫ Le discours de Michèle Cecchini, Présidente de l’AUVM

 

Michèle Cecchini

Une personnalité lumineuse tout à la fois simple et complexe.

On pourrait presqu’oser dire de lui que s’il y a des héros de guerre, Pascal c’est presqu’un héros de l’humanitaire même si comme tout un chacun il avait ses failles.

Il ne comptait pas son temps pour les autres, l’AUVM.

Pour ceux qui l’ont connu et qui sont là, c’est son engagement auprès des plus démunis, ceux qui sont à la rue qui dominera les scories que certains ont véhiculé sur lui ;

Pascal, c’était un fatigable développeur de projets, d’idées pour les banlieues, des projets qui réussissaient.

Il avait su gagner la confiance des partenaires les plus divers (Etat, élus de communes, CG, CAF, Bailleurs sociaux.

Ses empreintes resteront en matière de travail social sur les territoires de nos banlieues.

Il aurait aimé voir le jour du 1er logement ouvert de la Ferme Marais, son projet le plus cher que Natacha Pépin ici présente conduit de main de maître avec le soutien du Directeur Adjoint Frédéric BAUDIER et la confiance de tous.

Véritable précurseur des alternatives à l’hôtel, nous avons inauguré et suivi ce chemin risqué ensemble en 2007dans une authentique confiance peut-être naïve que cela réussirait à neutraliser les marchands de sommeil.

Autre facette de Pascal, son audace dans l’innovation en matière de travail social : Grâce à son engagement, il avait su dépassé les frontières d’Orly, conquis les fonds FEDER de l’Europe pour la Ferme Marais qui voit le jour.

Tout cela porté par son amour pour l’Auvm et toutes ses composantes (résidents, salariés, bénévoles et administrateurs, bailleurs sociaux, communes et financeurs) vous me pardonnerez si j’en oublie.

Aujourd’hui, après l’émotion que tous nous avons partagée, nous passons à une autre étape, une AUVM tournée désormais vers l’avenir avec les valeurs qui la porte et continue d’avancer , c’est cela que Pascal exprimait, voulait clairement dans un des messages qu’il m’avait transmis et ce même si l’avenir se construit à partir d’une mise à plat du passé, c’est pourquoi j’invite à me rejoindre et à prendre la parole ceux qui illustrent le mieux le présent et l’avenir à l’image de ce que Pascal avait voulu susciter c’est à dire donner leur chance d’intégration à tous les plus démunis quel que soit leur itinéraire passé .

On parle beaucoup aujourd’hui de l’importance de la transmission aux jeunes générations.

Pour avoir une trace de tous ces moments passés, je propose qu’un site soit ouvert dédié à toutes ces communications récentes et d’aujourd’hui en particulier aux acteurs de la loi du 2 Janvier 2002, les usagers de l’AUVM car c’est cela aussi qui lui tenait à cœur dans le projet d’Etablissement en cours : la mise en acte de la participation des usagers.

Michèle CECCHINI, Présidente de l’AUVM

▫ Le discours de Jean-Jacques Bridey, Maire de Fresnes et député de la 7ème circonscription du Val-de-Marne

 

Jean-Jacques Bridey

J’ai fait la connaissance de Pascal lorsque j’étais conseiller général et surtout président de Valophis : j’ai ainsi découvert l’AUVM, c’était il y a plus de 10 ans et depuis, nos chemins ne se sont jamais séparés, restés toujours en contact, lui toujours à l’AUVM mais me parlant de politique, moi évoluant dans mes mandats mais lui parlant de l’AUVM et de ses missions. Toujours à m’alerter sur ce que devrait faire le politique et ce que devrait être la politique.

Des missions qui pour lui étaient de véritables obsessions pour trouver des réponses à chaque famille ou personne, non des réponses d’urgence qui reconduisaient la fatalité mais des réponses de temps long qui reconstruisaient l’avenir et l’espoir.

Des missions qui pour lui étaient avant tout le refus de toute démission face à la misère, au désespoir, aux violences, toutes situations qui ne devaient pas rentrer dans une case, dans un dispositif préétabli mais faire l’objet d’un suivi personnalisé, d’un parcours individualisé, aucune famille ne ressemblant à aucune autre, ni dans son passé, ni dans son futur !

Des missions dont il voulait faire partager l’esprit et l’ambition à tous ses partenaires, les mobilisant par ses arguments voire son obstination jusqu’à les convaincre à lui confier qui une convention, qui une subvention, qui un contingent.

Pascal a été le premier responsable associatif dans notre département – voire le seul pendant longtemps – à innover en réfléchissant à des solutions d’hébergement alternatives à l’hôtel, nous bousculant dans notre confort pour nous faire accepter d’imaginer ces dispositifs alternatifs que nous connaissons aujourd’hui mais également de sortir de nos compétences et de travailler à des réponses globales : c’est ainsi que le Conseil général met en place la Mission Hébergement Logement que tu as longtemps dirigée Michèle et que, dans le même temps, les services de l’Etat signent des conventions pour confier à l’AUVM toujours plus de familles. Des conventions également avec Valophis, vous vous en souvenez Anne-Marie, au point qu’aujourd’hui plus de 170 logements sont ainsi gérés par l’AUVM et d’autres bailleurs, je pense aux 3F, viendront rejoindre l’AUVM. C’est également ainsi que des villes se sont mobilisées comme ici à Orly ou à Fresnes et ont conventionné avec l’AVM pour participer à cet effort : et de plus en plus de villes ont suivi ces exemples.

Cette mobilisation de tous au service de l’autre, on te la doit Pascal, toi et ton équipe, singulière par la cohésion que tu as insufflée autour de ton projet, plurielle par la diversité dans ses métiers, ses parcours, évoluant en effectifs au gré de l’augmentation de l’activité et des partenariats sans jamais perdre de vue la finalité de ses missions. On la doit aussi au conseil d’administration que tu as toujours su convaincre de te suivre dans tes projets de développement, signe de la confiance qu’ils portaient en ta capacité à porter tous ces projets.

Pascal était de ceux pour qui l’engagement personnel n’était pas un vain mot, un concept abstrait mais qui devait être une réalité sur le terrain, une implication au quotidien : il se l’appliquait à lui-même, il nous demandait cet engagement chacun dans nos responsabilités. Son combat était celui pour la dignité de l’homme : l’accès à la dignité et leur respect pour les uns, la dignité de l’engagement pour les autres. Il menait ce combat avec passion, intégrité et humanisme, le portant haut telle une valeur universelle, un combat contre toute indifférence, tout égoïsme, toute exclusion, toute stigmatisation. Un combat sans concession, sans reniement, sans relâche. Un combat qui fait honneur et il est de notre devoir, comme de notre honneur, de le poursuivre, ici et ailleurs, maintenant et toujours, avec toi Pascal et malheureusement désormais sans toi. Merci Pascal pour tout ce que tu nous as apporté, tu vas nous manquer.

Jean-Jacques Bridey, Maire de Fresnes et député de la 7ème circonscription du Val-de-Marne

Retour en images sur les différents témoignages.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.auvmvaldumonde.com/?p=1916